En réponse à l'article du Nouvelliste de ce jour (qui remet en cause les chiffres mentionnés par l'Etat du Valais sur le nombre de réfugiés refoulés ces derniers jours), vous trouverez ci-dessous les communiqués de presse de l'Etat du Valais et de la Police cantonale valaisanne. En toute transparence !

Communiqué de l'Etat du Valais :

(IVS).- Suite à l’augmentation de réfugiés transitant par l’Italie voisine, le Conseil d’Etat valaisan a demandé au Conseil fédéral de renforcer les moyens de contrôle sur sa frontière avec l’Italie. Il a fait part de ses préoccupations par le biais d’une lettre adressée au Conseil fédéral et dans un communiqué publié le 22 juin. Par souci de transparence, le Département de la sécurité du canton du Valais (DFS) précise aujourd’hui les chiffres publiés à propos du nombre de voyageurs clandestins interceptés.

Depuis deux mois, le Commandement des garde-frontières en collaboration avec celui de la Police cantonale valaisanne ont renforcé leurs contrôles dans la région de Brigue et du Simplon. Le communiqué de presse publié le 22 juin signalait qu’au cours d’un premier contrôle systématique dans un train de nuit qui transite par la Suisse depuis l’Italie à destination de Paris, quelque 189 clandestins avaient été repérés et renvoyés en Italie. Un deuxième contrôle, à quelques jours d’intervalle, avait permis d’en identifier 496 dans le même train. Le Département de la sécurité précise que si le nombre de clandestins interpellés et renvoyés en Italie est correct, ceux-ci n’ont cependant pas été interceptés dans deux trains, mais au cours de plusieurs contrôles effectués en mai et en juin sur cette ligne.

Pour le canton du Valais cette situation reste préoccupante, raison pour laquelle il s’est adressé au Conseil fédéral. Il lui demande de renforcer les moyens de contrôle confédéraux sur les axes du Simplon et du Grand-St-Bernard, tant routier que ferroviaire.

Communiqué de la Police cantonale valaisanne :

En complément des différentes informations traitées ces derniers jours, la Police cantonale précise les aspects opérationnels liés au contrôle des migrants, en particulier les mesures prises lors de la présence de clandestins.

Ces contrôles sont gérés par le Corps des gardes-frontière et la Police cantonale, selon les besoins et demandes, intervient en appui. Ils concernent particulièrement les trains "Thello EN220", qui circulent d'Italie en direction de Paris. Un contrôle des passagers se fait à Brigue, qui est la seule halte pour ces trains dans une gare valaisanne.

Lors de cet arrêt, les clandestins, qui ne sont donc pas en ordre avec leurs pièces d'identité et ne remplissent pas les conditions d'admission, sont directement refoulés en Italie, selon les accords en vigueur et le principe de la réadmission simplifiée. Les autres passagers poursuivent leur trajet en direction de Vallorbe et de la France.

Durant la halte de Brigue, les Cgfr et la Police cantonale doivent porter une attention particulière afin d'éviter que des clandestins cherchent à prendre la fuite et entrer illégalement sur le territoire helvétique.

S'agissant des clandestins qui ont été refoulés pour les raisons précitées, nous indiquons ci-dessous, sur la base des chiffres du Cgfr, le nombre de renvois en Italie lors de haltes en gare de Brigue :

189 clandestins refoulés entre le 8 et le 13 mai 2015 sur la base de la réadmission simplifiée
496 clandestins refoulés entre le 1er et le 14 juin 2015 sur la base de la réadmission simplifiée

Outre ces contrôles, la Police cantonale intervient et prend en charge, selon ses compétences et missions, les voyageurs concernés par des procédures administratives ou pénales (ex. mandats d'arrêt, infractions à Loi sur les stupéfiants,…).